Vous êtes ici : Accueil > Actualités > [Bovins lait] Quelles alternatives au tourteau de soja ?

[Bovins lait] Quelles alternatives au tourteau de soja ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Des pistes pour limiter l’augmentation des charges qui pèsent sur les élevages de bovins

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis plus d’un an déjà, une hausse du prix des aliments concentrés protéinés destinés à l’élevage est observée. Cette tendance s’est accentuée début 2022 où les cours du tourteau de soja et colza n’ont pas fléchi et se sont accompagnés d’une hausse nette des prix des céréales, des carburants et des engrais azotés.
A noter que les récoltes en Amérique du Sud sont en avance, mais le contexte géopolitique actuel rend plus imprévisible l’évolution des marchés agricoles. Plusieurs pistes sont possibles afin de limiter l’augmentation des charges qui pèsent sur les élevages de bovins.
 


Réduire les besoins : réduire la concentration azotée des rations

Une des solutions pour réduire ses factures azotées est aussi de calculer ses marges de réduction possible des besoins du troupeau. Les marges de progrès portent sur la concentration azotée de la ration, l’adéquation de la ration au contexte du troupeau et la bonne analyse de l’équilibre de la ration.
L’objectif économique est aujourd’hui de viser 95-100 PDI/UFL dans la ration du troupeau. Le surcoût d’1 Kg de tourteau de soja n’est pas compensé par l’augmentation de production et le prix du lait.  Attention aux fausses économies, une baisse d’1 Kg de tourteau de soja pour un troupeau frais en lait pénalisera trop fortement la production du troupeau ainsi que la marge permise après avoir couvert le coût de l’alimentation.
Le taux d’urée du lait de tank est un bon indicateur pour aider l’éleveur à piloter l’alimentation azotée du troupeau. Ce sont surtout les variations brutales de taux qui doivent alerter l’éleveur sur un réajustement nécessaire de l’azote ou de l’énergie dans la ration.

 

Apporter de l’azote via les fourrages

La recherche de l’autonomie alimentaire et protéique nécessite parfois de repenser le système fourrager en reconsidérant la place de l’herbe bien valorisée. Pâturée au printemps ou à l’automne, elle est le fourrage le plus économique et naturellement bien pourvue en protéine ce qui permet de réduire significativement les apports de concentrés dans la ration des ruminants : 10 kgMB brute d’ensilage d’herbe dans la ration, c’est 1kg de soja en moins.  Parallèlement, le choix de cultiver des pairies multi espèces, composées notamment de légumineuses apportera en plus d’un fourrage de qualité, une économie annuelle supplémentaire de 20, 30 voire 50 unités d’azote par hectare en fertilisation. Les ensilages de dérobées peuvent participer à l’amélioration de l’autonomie en protéines.

Gain d’autonomie protéique en quelques chiffres :
-    Récolter des fourrages jeunes (compromis avec le rendement). En fin de stade montaison, un fourrage de graminée peut perdre 1 point de MAT en 3 jours.
-    présence de 25% de légumineuses dans un mélange de graminées apporte un gain de 1 point de MAT
-    La perte de 10% de feuilles de trèfles et luzernes représente 1,5 point de MAT.
-    Repère Urée sur ration maïs, pour un troupeau à 25 kg lait /jour : 110 + (25 x4) = 210 mg/L

 

Diversifier les sources de correcteurs azotés en fonction des prix d’intérêt

Le tourteau de soja est techniquement l’un des correcteurs les mieux adaptés pour corriger le manque d’azote d’une ration à base d’ensilage de maïs. Sa politique d’achat peut être réfléchie avec de plus grande quantité ou par des achats sous contrats.
Mais le choix du ou des correcteur(s) azoté(s) doit également être raisonné selon la dégradation de l'azote afin de garder un équilibre entre : l'azote dégradé dans le rumen et l'azote dégradé dans l'intestin. L'efficacité d'une ration se fera en fonction de la complémentarité de ces deux origines. Le tableau de ce document synthétise et compare les différentes alternatives et leur prix d’intérêt.   
Exemple avec le Tourteau de Colza, son remplacement dans la ration peut être partiel ou total :
1,5Kg de tourteau de colza remplace 1Kg de Tourteau de Soja. En tenant en compte de son efficacité laitière du à sa composition azotée, son prix d’intérêt se situe en dessous de 80% du prix du TS.

 

 

Utiliser l’urée alimentaire dans les rations maïs

L’urée est une source d’azote très fermentescible, entièrement dégradée dans le rumen et constitue une source économique de PDIN (1443g de PDIN). L’urée est considérée comme un additif depuis 2008 et ne peut plus réglementairement être utilisée par l’éleveur mais des substituts peuvent palier cette contrainte. (Urée alimentaire). L’utilisation de l’urée convient bien pour des rations « ensilage de maïs », sans pâture. La distribution doit être étalée dans la journée en ration complète bien mélangée. L’apport doit être progressif et limité à 30g journalier par 100 KG de poids vifs de l’animal.

 


Equipe Bovins Lait Chambre d’Agriculture de Tarn-et-Garonne et Optilait Conseil Elevage

 

Contact : Angélique RODRIGUES - conseillère en bovins Lait de la Chambre d'Agriculture de Tarn-et-Garonne
06 17 94 20 31